Convention de la Diaspora Gabonaise
13 rue des mariniers
, 75014 Paris
N°TVA :
Menu

La résistance gabonaise : bilan à mi-parcours

16/08/2017

La résistance gabonaise : bilan à mi-parcours


Il y a 57 ans, l’indépendance était accordée à la colonie Gabon par sa puissance de tutelle, la France.


Le discours de Léon Mba prononcé la même année préfigurait pourtant le sort de notre pays : une sous-préfecture perfusée aux aides conditionnelles, et largement dépossédée de ses richesses, sans aucune contrepartie.


Il y a bientôt 1 an jour pour jour, l’usurpateur Ali Bongo massacrait allègrement la population gabonaise, piqué au vif par son échec cuisant à la présidentielle, et soucieux de bloquer un processus démocratique de plus en plus inévitable.


Tout processus démocratique s’accompagne nécessairement d’une libération de la parole, tous azimuts.
Aujourd’hui, il me semble néanmoins que cette parole et ces pensées doivent être canalisées vers notre objectif ultime.


Trop de « distractions » ont été servies au peuple gabonais qui mérite mieux que des êtres qui utilisent la politique à des fins affairistes pour maintenir leurs privilèges, ou de jeunes loups assoiffés d’audience voire de pouvoir, qui finissent par noyer la ligne essentielle dans des verbiages sans fin, tout autant nuisibles à l’avancée de la lutte.


Aux guerres d’égo doit s’imposer notre objectif final : la chute d’un régime inique et criminel.
Aux opposants issus de l’ancien régime et soucieux de leurs petits intérêts bassement matériels, doivent s’imposer les véritables patriotes, courageux et sans concession.
La remise sur pied d’un pays sinistré en voie d’écroulement, en dépend.
La situation est désormais urgente, nous sommes effectivement sur la pente raide.
« 2016/2017 ne sera pas 2009 », doit donc s’accompagner d’un certain nombre d’actions résolues, pour se concrétiser :
Le slogan qui s’est matérialisé par l’appel à la résistance lancée par le Président Jean Ping qui a déjà réussi à isoler sur le plan international la clique putschiste d’Ali Bongo, et sur le plan intérieur largement mobilisé le peuple qui l’a plébiscité le 27 août 2016 par diverses actions pacifiques de résistance, doit se conclure par l’installation à son poste du Président légitime.


Pour cela, un bilan sans complaisance doit être fait des actions menées, des tactiques suivies, ceci dans l’intérêt bien compris de la victoire du peuple gabonais.


Si l’action en diaspora conserve son importance capitale, il n’en demeure pas moins que
c’est sur le terrain que doivent être planifiées les actions à portée stratégique, pour vaincre
l’ennemi, d’où la nécessité de la prise de conscience que les vrais patriotes se mobilisent en
privilégiant l’objectif de libération de notre pays, et en éradiquant toutes tentatives de
reconstruction des forces négatives qui veulent maintenir le statu quo sous d’autres formes.
La force principale demeure le peuple gabonais, dans ces diverses composantes, ethniques
et régionales. C’est parce que ce peuple uni massivement autour de Jean Ping a fait échec
aux discours de division, et aux illusions de toutes sortes, que ce peuple doit être mobilisé
pour les actions à mener.


Ces actions doivent être développées sur l’ensemble du territoire national, et tous les
moyens humains, matériels et financiers doivent être réunis à cet effet.
Prendre conscience, être convaincus que la victoire est inéluctable, même si le résultat n’est
pas immédiat, même s’il tarde à venir…telle doit être notre résolution.


Dilenga Mfoula


Retour à la liste des actualités
Top